« Prince Captif – L’esclave » – Tome 1 – C.S Pacat

IMG_20170412_193616.jpg

MON AVIS :

Je suis tombée sous le charme de cette trilogie.

Pourtant j’ai bien failli passé à côté car j’avais lu plusieurs chroniques qui décrivaient le premier tome comme barbare aux multiples scènes de viols. J’ai donc hésité très longuement. Pourtant je me suis lancé avec l’idée de refermer aussitôt le livre s’il devient dérangeant. Et bien au contraire cette trilogie est un énorme Coup de Cœur !!

Ce n’est pas simplement une romance M/M mais un récit épique qui mêle complot, stratégie, trahison, alliance et bataille. Cette trilogie est inclassable tellement elle peut plaire au plus grand nombre. Ce n’est pas plus une romance qu’un roman épique, c’est les deux la fois.

Dans ce premier tome, le prince héritier Damianos d’Akielos (Damen) a été trahi par son demi-frère et envoyé comme esclave de plaisir pour son ennemi, le prince Laurent de Vère. A Vère personne ne sait qui il est, Damen est obligé de faire profil bas et de ravaler sa fierté pour que sa vrai identité ne soit pas démasqué et risquer d’être tué. Car s’il y a une personne que le prince Laurent hait plus que tout au monde c’est bien Damianos, le tueur de prince. Ce dernier a tué le frère de Laurent lors d’une bataille alors que Laurent été encore tout jeune. Il n’a jamais vu Damen et ne sait donc pas à quoi il ressemble.

Nous allons donc passer ce premier tome à la Cour de Vère, aux mœurs dépravées où luxure et débauche sont les maître-mots. En effet chaque citoyen de la Cour possèdent des esclaves de plaisirs, des mignons, qui les suivent tout au long de la journée pour satisfaire le moindre de leurs désirs et plaisirs. Les mignons sont toujours du même sexe que leur maître car s’il y a bien une chose que les citoyens de Vère redoutent plus que tout, c’est d’enfanter un enfant illégitime. Donc à moins qu’ils soient mariés, les hommes et les femmes ne s’accouplent pas ensemble.

damianos_of_akielos_by_merwild-dam75cm.png

Crédit : « Damianos of Akielos » by Merwild© (http://merwild.deviantart.com/art/Damianos-Of-Akielos-641946838)

Damen est le héros par excellence : fort, courageux, gentil, réfléchie et dévoué pour son pays. Malgré la situation dans laquelle il se retrouve, Damen ne garde pas sa langue dans sa poche et n’hésite pas à dire ce qu’il pense, même si ce n’est pas apprécié. Il est prêt à mettre son honneur de côté pour survivre mais il ne peut pas oublier pour autant qui il est ainsi que ses valeurs. En apparence comme de caractère, Damen et Laurent sont aux antipodes. Damen est brun à la peau olivâtre alors que Laurent est d’un blond des plus blonds à la peau claire. Laurent est musclé mais il paraît beaucoup moins fort aux côtés de Damen qui est très grand et très musclé. Laurent, lui, c’est un renard. Il est intelligent, rusé et perfide. Mais surtout il est sombre, dédaigneux et cynique. Dans ce tome, Laurent est le personnage qu’on adore détester. Il voue une haine sans nom pour Akielos et n’hésite par à déverser sa colère sur Damen. Pour tout dire, Laurent est mon personnage préféré. Dès qu’il est apparu je savais que j’allais l’aimer de plus en plus au fils de la lecture de ce livre mais surtout au fils des 3 tomes car c’est un personnage complexe, qu’on ne cerne jamais réellement. Laurent est mon coup de cœur !! C’est exactement le genre de personnage que j’adore. Bien que le personnage de Damen soit excellent celui de Laurent l’est encore plus.

af1df05d87d4c1eea0cb99052734a354-dam75yt.png

Crédit : « Laurent of Vere » by Merwild© (http://merwild.deviantart.com/art/Laurent-of-Vere-641947637)

Dans ce premier tome, on ne peut pas parler de romance car il n’y en a pas entre nos deux personnages. Mais l’alchimie qu’il y a entre eux est déjà palpable. Pour l’instant ils sont ennemis mais on comprend bien que les choses vont évoluer entre eux.

Les scènes de sexes ne sont pas explicites, autant dans ce tome que dans les autres, mais elles sont quand même bien suggérées. De même que pour les scènes plus violentes. Ce n’est pas choquant, d’une parce qu’il y a en peu et de deux car elles ne sont pas décrites en détails​.

Il y a beaucoup de personnages dans cette trilogie, que j’ai eu du mal à tous retenir au départ. Mais on fini par s’y faire très vite et savoir qui est qui et quel est son rôle.

L’histoire est écrite à la troisième personne. Nous suivons seulement le point de vue de Damen. J’aurais aimé connaître celui de Laurent et puis, à y réfléchir, je pense que c’est une bonne chose de ne pas le connaître car nous somme dans le même état d’esprit que Damen. Nous ne pouvons pas cerner complètement Laurent, comprendre ou deviner ses intentions ce qui accentue encore plus le côté mystérieux de ce personnage.

Le langage est assez cru mais cela s’explique par le fait que ce tome ce déroule à Vère et que c’est leur façon de parler car même Damen est surpris de leur langage qui n’est pas celui qui est employé dans son pays. Dans les tomes suivant, qui ne se déroulent plus à la Cour de Vère, le langage est moins cru. Enfin toujours un peu car Laurent est assez brut de décoffrage dans sa façon de parler mais c’est ce qui fait son charme.

L’écriture est intéressante et fluide. L’auteur nous épargne de nombreuses descriptions qui pourraient être lassantes et apporter trop de longueur. Dans ce tome, l’auteur pose le décor mais on ne s’ennuie pas une seule seconde, j’ai été complètement happée par cette histoire, la preuve est que j’ai dévoré les trois tomes très rapidement. Impossible de lâcher Laurent et Damen. Tout y est juste, l’auteur maîtrise à la perfection son histoire. Tout est réfléchie, il n’y a rien qui détonne ou qui paraît bâclé. Cette trilogie est un vrai régal.

J’ai aimé aussi que les idées d’hétérosexualité ou d’homosexualité n’existe pas dans cette histoire. Les personnages sont simplement avec les personnes avec qui ils ont envie d’être peu importe le sexe (sauf à Vère où ils ne se mettent pas avec des personnes du sexe opposé à moins d’être marié et où le sexe entre Homme/Femme est tabou).

Pour conclure, ce premier tome est le début d’une trilogie qui s’annonce mémorable. J’aime plus que tout les personnages, Laurent et Damen. Et j’aime la relation qui est en train de se développer entre eux. Puis de façon plus général, j’aime l’histoire qui s’annonce épique.

MA NOTE : 5/5

« Prince Captif – L’esclave » – Tome 1 – C.S Pacat – Éditions Milady (29 mai 2015) – 288 pages.

Disponible en version papier (existe 2 formats) et ebook.

~ Chronique écrite par Gwen. ~

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s