« 13 reasons why » (ou « Treize raisons ») – Jay Asher

IMG_20170420_110606

MON AVIS :

« 13 reasons why » est une histoire qui m’a fait énormément réfléchir.

J’ai enchaîné la série puis le livre et je dois dire que j’en suis encore toute retournée et bouleversée.

L’histoire commence avec Clay Jensen, un lycéen, qui va à la poste déposer un colis pour une élève de son lycée. Puis nous faisons un bond en arrière de 24 heures, au moment où Clay reçoit lui-même ce fameux colis. Il s’agit d’une boite à chaussure contenant 7 cassettes audio dont 13 faces sont numérotée. Clay va donc écouter ses cassettes et se rendre compte qu’elles ont été enregistrées par Hannah Baker, une ancienne élève de son lycée qui s’est suicidée quelques semaines plus tôt. Sur chacune de ces faces Hannah raconte 13 histoires, concernant plusieurs personnes différentes, qui l’ont conduites à vouloir mourir. Les règles sont simples, il faut écouter toutes les cassettes puis les faire passer à la personne qui suit sa propre histoire. Si le deal n’est pas respecté, un complice d’Hannah, qui a une copie de chaque cassette, n’hésitera pas à les rendre public.

Clay est un jeune homme sympathique, sans histoire, timide et peu sûr de lui. Il est plutôt réservé et serviable ce qui fait que tout le monde l’apprécie. Il connaît Hannah du fait qu’ils soient dans le même lycée et qu’ils travaillent dans le même cinéma. Et il avait le béguin pour elle. Du coup, il ne comprend pas pourquoi Hannah parle de lui sur les cassettes car selon lui, il n’a rien fait qui aurait pu pousser Hannah à vouloir se suicider. Il ne voit donc pas pourquoi il devrait avoir ses cassettes. Hannah leurs à aussi laisser un plan de la ville avec plusieurs lieux où ils peuvent se rendre pour écouter les cassettes, ce sont des lieux où certaines histoires se sont dérouler. Clay va donc passer la nuit à écouter chaque cassette en se baladant d’un point à un autre de la ville.

Au fils des cassettes, nous apprenons à connaître une facette d’Hannah à laquelle on ne peut que s’attacher. Elle donne l’impression d’avoir été une jeune fille forte et déterminée. Mais l’auteur semble vouloir nous faire comprendre que les apparences sont parfois bien trompeuses et que les gens ne montrent que ce qu’ils veulent bien laisser voir. Et que même les personnes les plus solides, une fois brisées, il est difficiles de les réparer.

Au fur et à mesure, Clay se rend compte qu’il ne connaissait pas réellement Hannah et qu’il était loin d’imaginer ce qu’elle vivait, ce qu’elle subissait et à quel point elle était mal. Dans un premier temps, il se convainc à lui et à tout le monde qu’Hannah ne comptait pas, que c’était juste une fille de son lycée parmi tant d’autre et donc que son suicide ne peut pas vraiment l’affecter. Mais c’est ça façon à lui de prendre du recul pour garder la tête hors de l’eau et ne pas souffrir de sa perte. On comprend au fils des cassettes que Clay avait un vrai béguin pour Hannah. Il aimait tout chez elle et il n’a jamais vraiment prêté une grande importance aux rumeurs sur elle. Certes, ces rumeurs lui faisaient peur car si elles étaient vraies cela voulait dire qu’Hannah était trop différente de lui et alors ça ne collerait peut-être pas entre eux. Donc, par peur, il n’avouera pas à Hannah ce qu’il ressent pour elle. Il préférait vivre avec l’espoir que leur relation soit possible plutôt que d’affronter la réalité et de prendre le risque qu’elle le repousse. Mais à chaque cassette, il se rend compte que s’il avait eu un peu plus de cran et de courage, peut être qu’Hannah ne se serait pas sentie seule et abandonnée et peut être qu’elle aurait trouvé une épaule sur laquelle s’appuyer mais bien sûr ce sont seulement des suppositions (avec des si on mettrait Paris en bouteille). Je suis un peu dure avec Clay mais je pense que l’auteur a voulu appuyer le fait qu’il faut mieux avoir des regrets que des remords. Il vaut mieux regretter d’avoir fait quelque chose au risque d’échouer mais au moins avoir eu l’audace d’essayer plutôt que de ce mordre les doigts de n’avoir rien fait. Et d’ailleurs, je pense que l’auteur, dans le dernier chapitre du livre, a voulu montrer que Clay sort grandit de cette nuit et en retient la leçon : il ne sera plus spectateur de sa vie.

Je ne vais pas parler de ce qu’il y a sur les cassettes car ça serait dévoiler tout le livre et gâcher le plaisir de cette lecture mais l’auteur à travers ces 13 histoires a vraiment cherché à nous faire réfléchir sur les conséquences, et le pouvoir dévastateur, que peuvent avoir nos actes sur les autres. L’auteur aborde aussi l’effet boule de neige des événements, c’est-à-dire le fait que des événements et tous ce qui en découlent peuvent prendre de plus en plus d’ampleur. Et c’est exactement ce qui va pousser Hannah Baker au suicide. Au départ, il lui arrive de petites choses qui peuvent paraître insignifiantes aux yeux des auteurs mais qui sont énormes aux yeux d’Hannah et qui la poursuivront en entraînant d’autres événements toujours plus conséquents et graves : l’effet boule de neige.

L’auteur parle aussi du poids des rumeurs qui sont souvent plus puissantes que la vérité. Les personnes accordent plus de crédits aux rumeurs parce que c’est ce qu’elles préfèrent croire, ne donnant pas le moyen aux personnes de rétablir la vérité. Il aborde aussi le fait que ces rumeurs, souvent désobligeantes sur les filles, les réduisent à des corps objets. Ces filles ne sont plus que la chose dont on parle d’elle (une paire de fesses ou de seins) et les personnes pensent alors que ces rumeurs leurs donnent le droit de s’approprier le corps de la personne concernées. Autant de sujets qui sont malheureusement intemporels et universels.

Mon seul regret dans le livre est la fin car j’aurais voulu savoir ce qu’il devient des cassettes et de leurs révélations. Chose à laquelle la série répond plus ou moins.

Pour conclure, « 13 reasons why » est une lecture qui ne laisse pas indifférente et qui ne peut que nous pousser à la réflexion et à ouvrir un débat sur le suicide.

MA NOTE : 4/5

Si j’ai beaucoup aimé le livre, j’ai eu un énorme Coup de Cœur pour la série. La série a rendu l’histoire encore meilleure qu’elle ne l’était déjà. La série a exploité les possibilités du livre et des personnages, ce qui a bonifié l’histoire. Et aussi, les acteurs sont tous excellents. Dylan Minnette qui joue Clay est époustouflant !! Mais tous les autres sont vraiment talentueux aussi.

Je vous conseille vivement la série qui est incroyable.

« 13 reasons why » – Jay Asher – Éditions Albin Michel (rééditions – 29 Mars 2017) – 288 pages.

Disponible en version papier uniquement avec des versions plus anciennes.

~ Chronique écrite par Gwen. ~

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s